HÉRODOTE   Accueil
  Liste de diffusion herodote / geopolitique.net
  Bulletin d'Abonnement
  Institut Français de Géopolitique

Directeurs

Béatrice Giblin, Yves Lacoste.

Comité de Rédaction

Frédérick Douzet, Sonia Jedidi, Barbara Loyer, Delphine Papin, Jean-Luc Racine, Jérémy Robine, Philippe Subra, Stéphane Yerasimos (†).

Thèmes envisagés*

- Les situations géopolitiques post-conflits
- La géopolitique du 9-3
- Le Nigeria
- Le Monde arabe


* Attention : il ne s'agit pas de titres de numéros à venir et rien ne garantit que de ces thèmes aboutissent un jour à des numéros. -

Les auteurs

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Rechercher



 

Disparition de François Maspero

Béatrice Giblin

Sans l’intérêt de François Maspero pour les recherches d’Yves Lacoste, Hérodote n’existerait pas. Editeur anticolonialiste curieux et avisé, il avait accepté de publier en 1966, l’ouvrage que Lacoste venait lui proposer, Ibn Khaldoun, naissance de l’histoire, passé du tiers monde, dans sa célèbre collection « textes à l’appui ». Dix ans plus tard, en février 1976, François Maspero a publié le premier numéro d’Hérodote. La gestation de ce numéro fut longue. En effet, Lacoste était venu trois ans auparavant lui proposer d’éditer une revue de géographie, ce que Maspero avait aussitôt accepté, car la mission de Lacoste au Viêt Nam à l’été 1972 lui avait permis de démontrer l’efficacité du raisonnement géographique pour dénoncer la stratégie machiavélique des Américains du bombardement des digues du fleuve rouge.

C’est à François Maspero que nous devons le format presque carré si caractéristique de la revue et la maquette de couverture. C’est lui aussi qui a composé la première couverture très austère, bistre et noire : un paysage de rizière criblé de cratères de bombe avec en surcharge la silhouette d’un bombardier américain B52. Lui rendre hommage à l’occasion de son décès le 11 avril dernier dans un numéro consacré au Viêt Nam est, comme le dirait Lacoste, un signe des Dieux, ou au moins un clin d’œil. Avec le choix de mettre en valeur le bombardement des digues du delta du fleuve rouge, Maspero avait compris que la géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre, avant même que Lacoste ne lui apporte ce texte sur la géographie avec ce titre devenu fameux, publié en octobre 1976 dans la célèbre petite collection Maspero.

Son appui sans réserve, sa confiance en Lacoste, sa patience et aussi son désintérêt pour les questions financières ont été des atouts essentiels à la réussite des débuts d’Hérodote. Chacun sait qu’une revue pour un éditeur est longtemps une charge financière avant que celle-ci ne parvienne à l’équilibre, d’autant que les corrections et ajouts sur les premières épreuves, au temps où le traitement de texte était inconnu, étaient parfois nombreuses. Être publiée par François Maspero a aussi mis Hérodote à l’abri d’attaques trop virulentes de certains collègues marxistes scandalisés par le fait que nous ne tenions pas les facteurs économiques pour l’alpha et l’oméga de toute explication. Quant à ceux de droite, c’était pire puisque nous prônions non seulement une géographie critique mais qui aussi devait prendre en compte le politique.

François Maspero abandonna son métier d’éditeur en 1982 pour se consacrer à l’écriture et à la traduction. Il confia les éditions à François Gèze, en lui demandant de leur donner un autre nom que le sien. Hérodote fut dès lors publié par La Découverte. Nous avons trouvé en François Gèze la même confiance, la même patience, sauf que l’époque de l’artisanat éditorial avec ses souplesses et autres arrangements avec le temps était passée.

François Maspero, à la discrétion et timidité légendaires, n’aurait sans doute pas apprécié que nous écrivions que sans lui Hérodote n’aurait pas existé et c’est pourtant vrai.

138 — Géopolitique de la Russie
(troisième trimestre 2010)

Voir le sommaire de ce numéro

Extrême-Orient russe, une incessante (re)conquête économique

Cédric Gras, Vycheslav Shvedov

Résumé : Extrême-Orient russe, une incessante (re)conquête économique

Les Russes d’Extrême-Orient ont vu, depuis la chute de l’URSS, leur niveau de vie tomber sous la moyenne fédérale et disparaître ainsi la principale motivation qui les retenait aux confins de la Chine et sur les rivages du Pacifique. La question du développement de la région afin de fixer, voire d’attirer une population dont la présence en Extrême-Orient est, d’un point de vue géopolitique, vitale pour la Fédération de Russie est ainsi revenue sur le devant de la scène. Dans un contexte où beaucoup d’observateurs parient sur une influence chinoise croissante, les projets de Moscou, qui a repris la main sur une certaine désorganisation locale, sont une énième tentative de gagner la « bataille pacifique » de la conquête économique de l’ExtrêmeOrient russe qui dure depuis les premiers contacts avec les Mandchous. Les signatures en 2009 et 2010 de deux programmes : un partenariat avec la Chine pour l’exploitation commune des ressources et une Stratégie pour l’Extrême-Orient et la Transbaïkalie, d’amélioration des conditions socioéconomiques, esquissent les défis de la région pour les années à venir.

Abstract : The Russian Far-East : An Unending Economic (Re)conquest

Since the fall of the USSR, Russians of the Far East have seen their living standard fall below the federal average, and with it, the principal motivation keeping them on the Chinese border and the Pacific coast. The question of the development of the region in order to stabilize, or indeed to attract, a population – the presence of which, in the Far East, is of vital importance to the Russian federation from a geopolitical perspective – has therefore reemerged as a central issue. In a context where many observers are betting on increased Chinese influence, Moscow’s projects, having taken hold again of a certain local disorganization, represent the nth attempt to win the “Pacific battle” of the economic conquest of the Russian Far East that has lasted since the first contact with the Manchu. The 2009 and 2010 signatures on two programmes – a partnership with China for the common exploitation of resources, and a strategy for the amelioration of socio-economic conditions in the Far East and in Transbaikal – outline the difficulties faced by the region in the years to come.

Article complet :

PDF - 232.4 ko
Télécharger [PDF]
 

Le sommaire de ce numéro :

138 — Géopolitique de la Russie
(troisième trimestre 2010)

Les résumés et les articles complets :

R Résumé seul                    A Article complet

A Présentation par la rédaction Hérodote | Voir la présentation.

A Éditorial : Vingt ans après... par Béatrice Giblin | Voir l'éditorial.

R Caucase : la marche turbulente de la Fédération de Russie par Jean Radvanyi | Voir le résumé.

A La Russie et les « sécessionnismes » géorgiens par Michel GUÉNEC | Voir l'article.

R Pogroms contre les Ouzbeks à Och au Kirghizstan. Des dangers de la manipulation politique du nationalisme ethnique par Boris PETRIC | Voir le résumé.

A La flotte russe de mer Noire à Sébastopol : une « forteresse impériale » au sud ? par Kevin Limonier | Voir l'article.

R L’énergie, l’UE et la Russie par Susanne Nies | Voir le résumé.

R L’identité nationale russe : anatomie d’une représentation par André FILLER | Voir le résumé.

R Étouffement et renaissance des oppositions en Russie (2000-2010) par Cécile Vaissié | Voir le résumé.

A Extrême-Orient russe, une incessante (re)conquête économique par Cédric Gras, Vycheslav Shvedov | Voir l'article.

R La région VolgaOural en Russie. Enjeux nationaux dans une région multiethnique par Xavier Le Torrivellec | Voir le résumé.

R Géographie politique de la Russie de 2010 par Jean-Robert RAVIOT | Voir le résumé.

Ce numéro sur cairn.info (payant pendant deux ans, gratuit ensuite ; Attention : mise en ligne tardive)

 

Nous écrire : — abonnements & routage :